janvier 16, 2021

Légendes alimentaires sur les glucides

Dans le secteur alimentaire, nous recevons continuellement des informations mais beaucoup sont souvent dénuées de toute base scientifique et il y a encore beaucoup de confusion sur le sujet aujourd’hui – aussi parce qu’en fait certaines règles apparentes de nutrition sont souvent renversées.

Un exemple de régimes pauvres en graisses et riches en glucides qui pendant de nombreuses années ont été considérés comme la meilleure stratégie pour perdre du poids. Cependant, alors le message était accompagné d’un résultat qui parlait d’une augmentation de la graisse corporelle et c’est exactement ce qui est arrivé à la population américaine qui, soumise à une publicité continue pour des aliments sans gras, s’est dirigée vers la consommation illimitée d’aliments avec de telles étiquettes  » gras »pensant qu’ils étaient définitivement en meilleure santé et qu’ils ne faisaient en aucun cas grossir.

Ce système de communication trompeur, qui prônait l’absence de matière grasse mais pas la véritable capacité d’engraissement d’un aliment, a contribué à une augmentation de l’obésité sur le continent américain. Dans notre pays, la situation est plus équilibrée car le régime méditerranéen classique privilégie les glucides comme principale source d’énergie, mais il est toujours essentiel de dissiper certaines croyances sur ce nutriment qui sont également répandues en Italie.

Glucides et santé, doses et insuline

Au cours des dernières décennies, alors que les graisses ont été considérées comme mauvaises, les glucides ont joué le rôle de bons nutriments comme c’est l’exemple du régime méditerranéen qui privilégie les glucides dans la pyramide alimentaire. La contribution de ce nutriment peut varier entre 50 et 80% du total kcal pris pendant la journée et les pourcentages plus élevés sont typiques des régimes des athlètes d’endurance.

Une consommation élevée de glucides, cependant, n’est pas toujours la meilleure décision pour votre santé et en premier lieu, il est conseillé de reconnaître les glucides simples parmi les glucides complexes. Ils ont une vitesse d’absorption différente, des caractéristiques qui, avec la dose, déterminent la courbe glycémique: dans le cas des glucides simples, cette variation subit une forte augmentation qui stimule l’insuline de manière supérieure, affectant le corps de manière négative.

Les glucides complexes ne font pas grossir: vrai ou faux?

Les sucres simples sont constitués d’une ou deux molécules de sucre comme le glucose et le fructose et notre corps peut les absorber plus rapidement. Bien qu’il s’agisse d’un simple sucre, le fructose ne génère pas d’augmentation rapide de la glycémie et ne stimule donc pas l’insuline qui est l’hormone qui entre autres contribue au stockage des graisses.

Cependant, consommé en grande quantité, ce sucre simple peut stimuler la synthèse des graisses par d’autres voies métaboliques. Il existe également des glucides complexes tels que ceux dérivés de céréales raffinées, comme les flocons de maïs typiques pour le petit-déjeuner qui ont un index glycémique particulièrement élevé, ce qui signifie que l’insuline est fortement stimulée en favorisant la synthèse des graisses.

Glucides et énergie dans le sport

Il est certain que les glucides sont très importants pour la performance des athlètes, en particulier dans le domaine de l’endurance et sont le carburant préféré des athlètes qui ne sont pas particulièrement entraînés. Dans ces cas, la prise d’une dose de glucides avant l’effort, qu’il s’agisse d’une course ou d’un entraînement retarde la fatigue.

Le repas avant la course ne doit pas seulement être composé de glucides mais aussi d’un apport adéquat en protéines et en graisses qui améliorent et ralentissent l’absorption des glucides, permettant un apport énergétique plus régulier et constant.

Les glucides ne sont pas toujours le carburant préféré car les athlètes les plus entraînés en efforts d’endurance prolongés utilisent préférentiellement les graisses comme cela se produit par exemple dans un marathon, permettant de prolonger la performance sans aller annuler les réserves de glycogène; si cela se produit, la performance expirera et l’athlète se sentira fatigué bien avant de terminer la compétition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *